llanos-endrinal1-RECORTADA

Sentier de los Llanos del Endrinal

Chez Fuerte Hoteles, nous aimons être à l’écoute de nos clients, c’est pourquoi nous avons décidé de souhaiter la bienvenue sur notre blog à une invitée très spéciale qui a eu une superbe attention à notre égard : nous offrir son carnet de voyage des cinq jours où elle a séjourné au Fuerte Grazalema Elle s’appelle Petra, elle est Allemande et elle a décrit pour  FuerteNoticias.com son expérience englobant randonnée, nature et sport. Chaque semaine, nous publierons ici sa vision de la sierra de Cadix, en Andalousie.

Aimeriez-vous connaître son avis ? Alors, commençons par sa première journée. Destination : Llanos del Endrinal.  Nous vous laissons  en compagnie de Petra :

Jour 1: Lundi, 27/05/2013

Notre première excursion nous a conduit de l’hôtel à une fontaine, en passant par un beau sentier, pentu, très rocailleux et décoloré par la pluie, et qui parcoure une nature resplendissante.

Il y avait des plantes aromatiques et médicinales de toutes les couleurs. Selon le temps, il est même possible d’apercevoir des tortues dans le ruisseau. Le chemin nous a conduit alors à Grazalema à travers une ancienne chaussée pavée héritée des temps des Romains, en passant par les vergers et poulaillers, où nous trouvons un coq orgueilleux et particulièrement beau.

Grazalema est un des villages Blancs typiquement andalou, avec des ornements floraux et les toits aux tuiles rouges. Un jour de juillet, en honneur de la Vierge Marie, les hommes braves de la petite ville accompagnent un taureau à travers une de ses ruelles étroites. Dans le village, il est possible d’y admirer de jolies fontaines, d’anciennes façades de maisons et les vestiges d’une porte romaine. Le village de Grazalema bénéficie d’une vue magnifique et ample, où il est également possible d’y apercevoir l’Hôtel Fuerte Grazalema.

Le temps semblait s’améliorer peu à peu et après une montée, nous arrivions, trempés de sueur, au parc naturel. Nous retrouvons les herbes sauvages, les orchidées, les iris en fleur de couleur bleue marine et bien d’autres jolies plantes. Il y a une plante assez particulière : lorsque sa fleur se fane, ses petits fruits ronds se transforment en « pétards ». Autrefois, on brûlait les tiges de la plante qui contenaient ces fruits pour faire fuir les ennemis, aussi bien les soldats de guerre que les animaux sauvages, en créant une sorte de mirage, puisque les fruits ronds de cette plante imitent le bruit d’une rafale de balles.

Autrefois, ils savaient utiliser la nature dans toutes les conditions de vie. Aujourd’hui, on n’entend que le gazouillis des oiseaux et nous avons même vu un vautour. Les animaux des bois laissent leurs marques, soit en creusant à la recherche de racines, soit en rongeant les pommes de pins. Le chemin nous menait à traverser des champs rocailleux. Il soufflait une brise agréable qui exhalait le parfum des plantes.

Le brouillard ne se dissipait pas des sommets des montagnes, mais on pouvait déjà les pressentir. Nous avons tout de même été récompensés, tout au long du chemin, et avons pu contempler les nombreuses fleurs des différentes variétés de plantes. Nous atteignons le sommet sans problème et le fiancé de Rosa nous conduisait de retour de Grazalema à l’hôtel.

Grâce aux explications de Rosa et Christo, et évidemment grâce à Gloria mon interprète, j’ai eu la chance de découvrir beaucoup de choses. Au total, 4 heures 50 minutes de randonnée très agréable où nous avons parcouru environ 12 km. Et justement en ce moment où j’écris, allongé sur la chaise longue de l’hôtel, en face de ma chambre, un vautour vole en cercle au-dessus de moi.

Quel bel adieu pour cette excellente journée!

Leave A Comment

Facebook IconYouTube IconTwitter IconVisit Our Google+ PageVisit Our Google+ PageVisit Our Google+ PageVisit Our Google+ Page